United World Project

Watch

Il y a cinq ans, Laudato Sì

Le 24 mai 2015, était publiée Laudato Sì, Encyclique du Pape François sur le soin à dédier à la « maison commune », la Création. Un titre tiré du Cantique des Créatures de Saint François d’Assise. Nous avons demandé à Fr. Matteo Sito, Provincial de l’Ordre des Frères Mineurs Capucins d’Ombrie, une lecture de cet anniversaire à la lumière de ce qui se passe avec l’épidémie de Covid-19. Nous publions ce texte, extrait de l’interview.

Le pape François a dit que Laudato Sì n’était pas une encyclique verte, mais une encyclique sociale. Qu’est donc Laudato Sì  ?

 Fra Matteo Siro:  «Définir un document comme celui-ci en quelques mots est réducteur et un peu mortifiant ! Laudato Sì possède en soi une portée écologique, mais le Pape définit l’encyclique comme un document social, précisément parce que le thème de l’écologie ne peut pas être séparé du thème des relations humaines et de l’impact de l’élément écologique sur ces mêmes relations humaines, sur la vie concrète des personnes. Nous le vivons dans ces moments où, à cause d’une épidémie, nous nous retrouvons un peu restreints dans nos relations, qui ont totalement changé : nous ressentons tous la nostalgie vers un retour à une vie sociale, le besoin d’une belle rencontre, tel que cela existe dans la vie normale. Pour cela,  Laudato Sì est un document, je dirais, d’humanisme intégral, parce que l’homme se trouve à l’intérieur d’un système beaucoup plus vaste, que, par la foi, nous savons sortir des mains du Créateur, et l’homme en est gardien ».

Quels sont les signes d’espoir que vous voyez cinq ans après la publication et que faire, d’autre part, pour mettre pleinement en œuvre ce document?

 FMS:  « Avant Laudato Sì, les questions écologiques et celles de l’homme inséré à l’intérieur d’une « maison commune », comme elle est appelée, étaient un peu loin de la vie quotidienne, ça ne touchait pas la vie concrète des gens. L’un des fruits de ce document est le fait, par contre, que l’Église, entendue comme une communauté de croyants, prend soin d’élever un cri parce que notre maison commune est en danger ; il met en lumière les problèmes qui ne seront résolus qu’à partir de notre vie de tous les jours. Laudato Sì a rendu ces thématiques plus accessibles : même au niveau institutionnel, elles sont en quelque sorte retravaillées, ressenties comme une urgence. Probablement, derrière cela, il y a une idée de l’homme qui doit changer. Si l’idée de l’homme, de l’humanité ne change pas, nous ne réussirons probablement pas à opérer une transition correcte et complète : l’homme est précisément gardien de la Création, il en est gardien et héritier, mais non patron; le bien commun ne peut être séparé de quelque chose qui est au-dessus de l’homme lui-même.

Je dois dire que de nombreux systèmes économiques et gouvernementaux se cachent face à cette urgence, et se cachent probablement parce qu’il est commode de maintenir l’homme soumis à la mentalité en vigueur, sans lui faire redécouvrir la beauté du potentiel qui est en lui, au service du bien commun, à l’intérieur d’une maison commune. Dans l’encyclique, le Pape fait référence à la technocratie et à l’économie, qui, malheureusement, ont encore le dessus sur le concept de l’homme en tant que personne, en tant que relation. L’accomplissement de ce passage prendra peut-être beaucoup de temps. Les prémisses sont toutes là, ça dépend de nous ».

Au regard des problèmes que vous venez de poser, quant à la primauté de la technocratie, de la recherche du pouvoir économique au détriment de la vie des gens, la pandémie peut-elle paradoxalement nous aider à redécouvrir la « centralité » de la personne qui se trouve en face de nous?

 FMS:  «Nous considérons l’épidémie avec un regard de foi ; nous devons savoir comment en retirer quelque chose de bon pour nous, pour nos relations, pour ce que nous sommes, pour la vie des personnes, la nôtre. Et, à dire vrai, je crois que la pandémie, qui, hélas ! a aussi causé de nombreux morts et beaucoup de souffrances, a réveillé cette idée, bien définie par Laudato Sì , que nous sommes tous voisins; bien que le monde soit énorme dans ses proportions, nous sommes liés par un seul destin. C’est un enseignement fort à prendre soin les uns des autres, car quelque chose qui se passe loin de nous ne peut pas être quelque chose qui ne nous concerne pas personnellement. Si loin de l’Italie, la Chine est devenue très proche. Tout comme est devenu très proche le Brésil, où se trouvent nos missionnaires, car ils vivent maintenant ce que nous avons vécu il y a un mois et demi. Si nous persistions à faire face à une telle émergence en pensant davantage aux chiffres qu’aux personnes, sans une vision correcte, à savoir que les chiffres servent les gens et non l’inverse, nous aurions raté une occasion ; toutefois, nous en sortirons sûrement plus conscients de ce que nous sommes , de la beauté de la personne et de sa valeur fondamentale ».

Vous avez nommé le Brésil, je ne peux m’empêcher de faire référence à la Mission en Amazonie, dans le Alto-Solimões, où votre Province est présente depuis au moins 110 ans. Comment vivent-ils ce moment?

 FMS:  «Les confrères, que j’entends presque quotidiennement, me rapportent des situations très critiques dans la grande ville de Manaus : avec une série de problèmes sociaux qui, comparativement à l’Italie, sont manifestement très compliqués, imaginez comment peut évoluer cette émergence! Jusqu’à présent, l’incidence y a été très faible*, mais nous fait souci la population autochtone que nous desservons pastoralement dans les zones plus à l’intérieur. Étant donné que les indigènes n’auraient pas les ressources immunitaires pour se défendre contre une telle épidémie, l’irruption du virus dans un contexte indigène serait une tragédie. Nos missionnaires eux-mêmes sont sur leur garde et, malheureusement, dans leur pastorale, ils se sont un peu éloignés, du moins des autochtones, car, afin d’éviter la contagion, ils ne doivent ni ne peuvent aller dans la forêt. La population indigène est donc en quelque sorte sauvegardée ; la tragédie se déroule dans les grandes villes où malheureusement il n’y a pas d’assistance sanitaire, ou s’il y en a, c’est très restreint. Les confrères, je le sens bien, sont motivés et poursuivent leur mission, tout en vivant dans un climat d’alerte. Ils savent y risquer leur vie, mais cela fait partie de la mission ».
*sur le territoire de la Mission – note du rédacteur

Covid-19 et l’enseignement de Laudato Sì nous amènent à ne jamais reléguer dans l’oubli le cri des peuples, même ceux qui semblent les plus éloignés de nous?

 FMS:  «Nous le ressentons vraiment aussi, nous avons pratiquement rejoint ce cri. On dit qu’on apprécie les choses au moment où on ne les a plus : maintenant, nous nous retrouvons à apprécier ces réalités que nous avions auparavant à portée de main, qui ne les avaient pas nous semblaient vivre dans un autre monde! Nous vivons tous dans le même monde, l’abondance dont nous jouissons ne nous donne pas la justification de ne pas ouvrir nos oreilles et nos yeux aux besoins des autres. Nous devons nous mettre au travail, afin que tous les peuples puissent accéder à ce à quoi nous, nous avons normalement accès ».

Finalement, au cours de toutes ces années, Laudato Sì nous a vraiment enseigné à remettre au centre la relation avec la personne dans tous ses besoins?

 FMS:  «Exactement ça ! C’est une grande leçon que le Pape nous a donnée avec ce document : retrouver la vision de l’homme fait à l’image et à la ressemblance de Dieu. Nous le disons peut-être comme une comptine, mais nous ne réalisons pas le poids d’une telle affirmation. Et sachant qu’au moins pour les chrétiens Dieu est relation, cela signifie que l’homme ne peut survivre sans relation correcte. L’homme est au centre, il est sorti des mains de Dieu par excès d’amour : il y a un anthropocentrisme qui est aussi béni, mais il y en a certainement un autre qui n’est pas chrétien, quand l’homme prétend oublier d’être fils, fils et aussi héritier de cette terre ».

Le pape François demande une conversion concrète, dans notre comportement quotidien …

 FMS:  «Lorsque nous parlons de choses spirituelles, des valeurs, nous pensons qu’elles ne concernent que notre « intériorité ». Mais au contraire, elles impliquent une vie concrète, dès le matin quand je me lève et commence à faire les choses de tous les jours; le Pape nous appelle, nous disant: « observez comment spirituel signifie concret ».


SHARE: